Biographie

 Rokhaya Diallo est éditorialiste et essayiste.

 

 Très tôt impliquée dans la vie locale, Rokhaya Diallo a présidé le Conseil Local de la Jeunesse de la ville de La Courneuve tout en militant parallèlement au sein de l’association anti-sexiste Mix-Cité et auprès de l’organisation altermondialiste ATTAC.

 

En 2007, elle co-fonde l’association « Les Indivisibles » dont l’objectif est de déconstruire, notamment grâce à l’humour, les préjugés ethno-raciaux. Pour marquer cet engagement, le collectif décerne chaque année les « Y’A Bon Awards » aux “meilleures” phrases racistes prononcées par des personnalités publiques.

 

Après avoir travaillé pendant 8 ans dans l’industrie des programmes TV jeunesse, Rokhaya Diallo alors titulaire de diplômes de second et troisième cycles en droit, négociation commerciale et marketing dans l’industrie audiovisuelle, devient en 2009 chroniqueuse dans « La Matinale » de Canal +. Puis éditorialiste sur i>télé, polémiste sur RTL et animatrice de l’émission culturelle « Fresh Cultures » sur Le Mouv’.

 

Son travail de journaliste ne la détourne pas pour autant de ses engagements et revendications. Elle devient membre conseil d’administration d’ENAR, (le Réseau européen contre le racisme), un réseau d’associations œuvrant pour lutter contre le racisme dans tous les États membres de l’Union européenne ainsi qu’en Islande.

 

En 2010, elle co-écrit l’Appel pour une République multiculturelle et postraciale (Respect Magazine éditions). Elle publie en mars 2011, Racisme : mode d’emploi  (Larousse), et est co-auteure de Un troussage de domestique (Syllepse) paru en septembre 2011 sous la direction de Christine Delphy.

 

Cette même année, elle anime et co-réalise le magazine documentaire « Égaux mais pas trop » sur LCP-AN/ La Chaine Parlementaire et développe, par ailleurs, son intérêt pour les questions internationales dans  « Les Inrockuptibles ». Ainsi, elle y réalise des reportages sur diverses questions de société au Bahreïn, en Tunisie, aux États-Unis, entre autres.

 

Sélectionnée par le Département d’État Américain en 2010, elle participe à « l’international Visitor Leadership Program » et visite les États Unis autour du thème « managing ethnic diversity in the US ».

 

Reconnue par l’ONG COJEP International – présente dans plus de quinze pays en Europe et affiliée aux Nations Unies et au Conseil de l’Europe – Rokhaya Diallo se voit attribuer le Prix de La Lutte contre le Racisme et les Discriminations en 2012.

 

Intervenant régulièrement dans des conférences nationales ou internationales, elle est classée en 2013 par le magazine Slate en 36ème position parmi les 100 Françaises les plus influentes et figure parmi les 30 personnalités noires les plus influente d’Europe selon le classement du britannique « Powerful Media ». Rokhaya Diallo est, par ailleurs, membre du programme 40under40 qui réunit chaque année 40 leaders européens de moins de 40 ans.

 

En 2012 elle co-écrit La France Une et Multiculturelle (Fayard) sous la direction d’Edgar Morin et Patrick Singaïny et publie « À Nous la France » (Michel Lafon).

 

L’année suivante, elle écrit Comment parler de racisme aux enfants (le Baron Perché) et réalise Les Marches de La Liberté pour la chaîne France Ô. Dans ce documentaire, la réalisatrice suit un groupe de jeunes Américains héritiers de la Marche sur Washington de Martin Luther King qui découvrent la France tenaillée par ses interrogations identitaires trente ans après la « Marche pour l’Égalité et contre le racisme ».

 

L’année suivante, Rokhaya réalise pour LCP/AN et France 3-IDF le documentaire  Les Réseaux de la Haine, consacré à la haine et à la liberté d’expression sur Internet après avoir été elle-même visée par un appel au viol lancé sur Twitter.

 

En 2014, elle apparait dans le « Purpose Economy 100 », la liste des 100 principaux acteurs européens de l’économie innovante et solidaire.

 

La même année elle est lauréate du trophée #LabComWomen dans la catégorie « Générosité ». Le prix, créée par TF1 et LABCOM récompense les femmes ayant un profil remarquable, actives et ambassadrices dans le digital.

 

Elle publie en 2015 sa première bande dessinée « Pari(s) d’Amies » (Editions Delcourt) avec la dessinatrice Kim Consigny. Cette comédie qui se veut aux couleurs de la France d’aujourd’hui narre le quotidien de cinq trentenaires Parisiennes d’origines diverses.

 

Aujourd’hui Rokhaya vit à Paris, et y travaille sur ses prochains écrits et projets documentaires, tout en étant régulièrement conviée à participer à des conférences en France et dans le monde.

Sistinctions

 

    Mars 2015 : Le documentaire  » Les Marches de la Liberté »  réalisé par Rokhaya Diallo questionnant l’identité de la France sous le prisme de jeunes leaders américains, reçoit le Prix du meilleur film documentaire au Festival régional et international de Guadeloupe (FEMI) (voir diaporama)

 

    Novembre 2014 : Rokhaya Diallo est lauréate du prix Sununet de la Diaspora Sénégalaise dans la catégorie Egalité et Justice pour sa contribution au rayonnement international du Sénégal (voir diaporama)

 

     23 octobre 2014 : Rokhaya Diallo est lauréate du prix #LabComWomen dans la catégorie Générosité. Le prix, créé par TF1 et LABCOM récompense les femmes ayant un profil remarquable, actives et ambassadrices dans le digital ( voir diaporama)

 

    Juillet 2014 : Nommée dans la liste des 100 acteurs économiques et sociaux « PURPOSE ECONOMY 100.

 

    2013 : Classée 36ème sur les 100 femmes françaises d’après le magazine Slate.

 

    Classée parmi les personnalités Noires les plus influentes d’Europe d’après POWERFUL MEDIA.

 

    21 janvier 2012 : Rokhaya Diallo reçoit le Prix de la lutte contre le racisme et la discrimination de l’ONG internationale Conseil pour la Justice, l’Égalité et la Paix (COJEP) (voir diaporama)

 

® Rokhayadiallo.com // Site réalisé par Inelice

 Crédits photo: AZ Photographies // Brigitte Sombié

Biographie

 Rokhaya Diallo est éditorialiste et essayiste.

 

 Très tôt impliquée dans la vie locale, Rokhaya Diallo a présidé le Conseil Local de la Jeunesse de la ville de La Courneuve tout en militant parallèlement au sein de l’association anti-sexiste Mix-Cité et auprès de l’organisation altermondialiste ATTAC.

 

En 2007, elle co-fonde l’association « Les Indivisibles » dont l’objectif est de déconstruire, notamment grâce à l’humour, les préjugés ethno-raciaux. Pour marquer cet engagement, le collectif décerne chaque année les « Y’A Bon Awards » aux “meilleures” phrases racistes prononcées par des personnalités publiques.

 

Après avoir travaillé pendant 8 ans dans l’industrie des programmes TV jeunesse, Rokhaya Diallo alors titulaire de diplômes de second et troisième cycles en droit, négociation commerciale et marketing dans l’industrie audiovisuelle, devient en 2009 chroniqueuse dans « La Matinale » de Canal +. Puis éditorialiste sur i>télé, polémiste sur RTL et animatrice de l’émission culturelle « Fresh Cultures » sur Le Mouv’.

 

Son travail de journaliste ne la détourne pas pour autant de ses engagements et revendications. Elle devient membre conseil d’administration d’ENAR, (le Réseau européen contre le racisme), un réseau d’associations œuvrant pour lutter contre le racisme dans tous les États membres de l’Union européenne ainsi qu’en Islande.

 

En 2010, elle co-écrit l’Appel pour une République multiculturelle et postraciale (Respect Magazine éditions). Elle publie en mars 2011, Racisme : mode d’emploi  (Larousse), et est co-auteure de Un troussage de domestique (Syllepse) paru en septembre 2011 sous la direction de Christine Delphy.

 

Cette même année, elle anime et co-réalise le magazine documentaire « Égaux mais pas trop » sur LCP-AN/ La Chaine Parlementaire et développe, par ailleurs, son intérêt pour les questions internationales dans  « Les Inrockuptibles ». Ainsi, elle y réalise des reportages sur diverses questions de société au Bahreïn, en Tunisie, aux États-Unis, entre autres.

 

Sélectionnée par le Département d’État Américain en 2010, elle participe à « l’international Visitor Leadership Program » et visite les États Unis autour du thème « managing ethnic diversity in the US ».

 

Reconnue par l’ONG COJEP International – présente dans plus de quinze pays en Europe et affiliée aux Nations Unies et au Conseil de l’Europe – Rokhaya Diallo se voit attribuer le Prix de La Lutte contre le Racisme et les Discriminations en 2012.

 

Intervenant régulièrement dans des conférences nationales ou internationales, elle est classée en 2013 par le magazine Slate en 36ème position parmi les 100 Françaises les plus influentes et figure parmi les 30 personnalités noires les plus influente d’Europe selon le classement du britannique « Powerful Media ». Rokhaya Diallo est, par ailleurs, membre du programme 40under40 qui réunit chaque année 40 leaders européens de moins de 40 ans.

 

En 2012 elle co-écrit La France Une et Multiculturelle (Fayard) sous la direction d’Edgar Morin et Patrick Singaïny et publie « À Nous la France » (Michel Lafon).

 

L’année suivante, elle écrit Comment parler de racisme aux enfants (le Baron Perché) et réalise Les Marches de La Liberté pour la chaîne France Ô. Dans ce documentaire, la réalisatrice suit un groupe de jeunes Américains héritiers de la Marche sur Washington de Martin Luther King qui découvrent la France tenaillée par ses interrogations identitaires trente ans après la « Marche pour l’Égalité et contre le racisme ».

 

L’année suivante, Rokhaya réalise pour LCP/AN et France 3-IDF le documentaire  Les Réseaux de la Haine, consacré à la haine et à la liberté d’expression sur Internet après avoir été elle-même visée par un appel au viol lancé sur Twitter.

 

En 2014, elle apparait dans le « Purpose Economy 100 », la liste des 100 principaux acteurs européens de l’économie innovante et solidaire.

 

La même année elle est lauréate du trophée #LabComWomen dans la catégorie « Générosité ». Le prix, créée par TF1 et LABCOM récompense les femmes ayant un profil remarquable, actives et ambassadrices dans le digital.

 

Elle publie en 2015 sa première bande dessinée « Pari(s) d’Amies » (Editions Delcourt) avec la dessinatrice Kim Consigny. Cette comédie qui se veut aux couleurs de la France d’aujourd’hui narre le quotidien de cinq trentenaires Parisiennes d’origines diverses.

 

Aujourd’hui Rokhaya vit à Paris, et y travaille sur ses prochains écrits et projets documentaires, tout en étant régulièrement conviée à participer à des conférences en France et dans le monde.

Sistinctions

 

    Mars 2015 : Le documentaire  » Les Marches de la Liberté »  réalisé par Rokhaya Diallo questionnant l’identité de la France sous le prisme de jeunes leaders américains, reçoit le Prix du meilleur film documentaire au Festival régional et international de Guadeloupe (FEMI) (voir diaporama)

 

    Novembre 2014 : Rokhaya Diallo est lauréate du prix Sununet de la Diaspora Sénégalaise dans la catégorie Egalité et Justice pour sa contribution au rayonnement international du Sénégal (voir diaporama)

 

     23 octobre 2014 : Rokhaya Diallo est lauréate du prix #LabComWomen dans la catégorie Générosité. Le prix, créé par TF1 et LABCOM récompense les femmes ayant un profil remarquable, actives et ambassadrices dans le digital ( voir diaporama)

 

    Juillet 2014 : Nommée dans la liste des 100 acteurs économiques et sociaux « PURPOSE ECONOMY 100.

 

    2013 : Classée 36ème sur les 100 femmes françaises d’après le magazine Slate.

 

    Classée parmi les personnalités Noires les plus influentes d’Europe d’après POWERFUL MEDIA.

 

    21 janvier 2012 : Rokhaya Diallo reçoit le Prix de la lutte contre le racisme et la discrimination de l’ONG internationale Conseil pour la Justice, l’Égalité et la Paix (COJEP) (voir diaporama)

 

Biographie

 Rokhaya Diallo est éditorialiste et essayiste.

 

 Très tôt impliquée dans la vie locale, Rokhaya Diallo a présidé le Conseil Local de la Jeunesse de la ville de La Courneuve tout en militant parallèlement au sein de l’association anti-sexiste Mix-Cité et auprès de l’organisation altermondialiste ATTAC.

 

En 2007, elle co-fonde l’association « Les Indivisibles » dont l’objectif est de déconstruire, notamment grâce à l’humour, les préjugés ethno-raciaux. Pour marquer cet engagement, le collectif décerne chaque année les « Y’A Bon Awards » aux “meilleures” phrases racistes prononcées par des personnalités publiques.

 

Après avoir travaillé pendant 8 ans dans l’industrie des programmes TV jeunesse, Rokhaya Diallo alors titulaire de diplômes de second et troisième cycles en droit, négociation commerciale et marketing dans l’industrie audiovisuelle, devient en 2009 chroniqueuse dans « La Matinale » de Canal +. Puis éditorialiste sur i>télé, polémiste sur RTL et animatrice de l’émission culturelle « Fresh Cultures » sur Le Mouv’.

 

Son travail de journaliste ne la détourne pas pour autant de ses engagements et revendications. Elle devient membre conseil d’administration d’ENAR, (le Réseau européen contre le racisme), un réseau d’associations œuvrant pour lutter contre le racisme dans tous les États membres de l’Union européenne ainsi qu’en Islande.

 

En 2010, elle co-écrit l’Appel pour une République multiculturelle et postraciale (Respect Magazine éditions). Elle publie en mars 2011, Racisme : mode d’emploi  (Larousse), et est co-auteure de Un troussage de domestique (Syllepse) paru en septembre 2011 sous la direction de Christine Delphy.

 

Cette même année, elle anime et co-réalise le magazine documentaire « Égaux mais pas trop » sur LCP-AN/ La Chaine Parlementaire et développe, par ailleurs, son intérêt pour les questions internationales dans  « Les Inrockuptibles ». Ainsi, elle y réalise des reportages sur diverses questions de société au Bahreïn, en Tunisie, aux États-Unis, entre autres.

 

Sélectionnée par le Département d’État Américain en 2010, elle participe à « l’international Visitor Leadership Program » et visite les États Unis autour du thème « managing ethnic diversity in the US ».

 

Reconnue par l’ONG COJEP International – présente dans plus de quinze pays en Europe et affiliée aux Nations Unies et au Conseil de l’Europe – Rokhaya Diallo se voit attribuer le Prix de La Lutte contre le Racisme et les Discriminations en 2012.

 

Intervenant régulièrement dans des conférences nationales ou internationales, elle est classée en 2013 par le magazine Slate en 36ème position parmi les 100 Françaises les plus influentes et figure parmi les 30 personnalités noires les plus influente d’Europe selon le classement du britannique « Powerful Media ». Rokhaya Diallo est, par ailleurs, membre du programme 40under40 qui réunit chaque année 40 leaders européens de moins de 40 ans.

 

En 2012 elle co-écrit La France Une et Multiculturelle (Fayard) sous la direction d’Edgar Morin et Patrick Singaïny et publie « À Nous la France » (Michel Lafon).

 

L’année suivante, elle écrit Comment parler de racisme aux enfants (le Baron Perché) et réalise Les Marches de La Liberté pour la chaîne France Ô. Dans ce documentaire, la réalisatrice suit un groupe de jeunes Américains héritiers de la Marche sur Washington de Martin Luther King qui découvrent la France tenaillée par ses interrogations identitaires trente ans après la « Marche pour l’Égalité et contre le racisme ».

 

L’année suivante, Rokhaya réalise pour LCP/AN et France 3-IDF le documentaire  Les Réseaux de la Haine, consacré à la haine et à la liberté d’expression sur Internet après avoir été elle-même visée par un appel au viol lancé sur Twitter.

 

En 2014, elle apparait dans le « Purpose Economy 100 », la liste des 100 principaux acteurs européens de l’économie innovante et solidaire.

 

La même année elle est lauréate du trophée #LabComWomen dans la catégorie « Générosité ». Le prix, créée par TF1 et LABCOM récompense les femmes ayant un profil remarquable, actives et ambassadrices dans le digital.

 

Elle publie en 2015 sa première bande dessinée « Pari(s) d’Amies » (Editions Delcourt) avec la dessinatrice Kim Consigny. Cette comédie qui se veut aux couleurs de la France d’aujourd’hui narre le quotidien de cinq trentenaires Parisiennes d’origines diverses.

 

Aujourd’hui Rokhaya vit à Paris, et y travaille sur ses prochains écrits et projets documentaires, tout en étant régulièrement conviée à participer à des conférences en France et dans le monde.

Sistinctions

 

    Mars 2015 : Le documentaire  » Les Marches de la Liberté »  réalisé par Rokhaya Diallo questionnant l’identité de la France sous le prisme de jeunes leaders américains, reçoit le Prix du meilleur film documentaire au Festival régional et international de Guadeloupe (FEMI) (voir diaporama)

 

    Novembre 2014 : Rokhaya Diallo est lauréate du prix Sununet de la Diaspora Sénégalaise dans la catégorie Egalité et Justice pour sa contribution au rayonnement international du Sénégal (voir diaporama)

 

     23 octobre 2014 : Rokhaya Diallo est lauréate du prix #LabComWomen dans la catégorie Générosité. Le prix, créé par TF1 et LABCOM récompense les femmes ayant un profil remarquable, actives et ambassadrices dans le digital ( voir diaporama)

 

    Juillet 2014 : Nommée dans la liste des 100 acteurs économiques et sociaux « PURPOSE ECONOMY 100.

 

    2013 : Classée 36ème sur les 100 femmes françaises d’après le magazine Slate.

 

    Classée parmi les personnalités Noires les plus influentes d’Europe d’après POWERFUL MEDIA.

 

    21 janvier 2012 : Rokhaya Diallo reçoit le Prix de la lutte contre le racisme et la discrimination de l’ONG internationale Conseil pour la Justice, l’Égalité et la Paix (COJEP) (voir diaporama)

 

Biographie

 Rokhaya Diallo est éditorialiste et essayiste.

 

 Très tôt impliquée dans la vie locale, Rokhaya Diallo a présidé le Conseil Local de la Jeunesse de la ville de La Courneuve tout en militant parallèlement au sein de l’association anti-sexiste Mix-Cité et auprès de l’organisation altermondialiste ATTAC.

 

En 2007, elle co-fonde l’association « Les Indivisibles » dont l’objectif est de déconstruire, notamment grâce à l’humour, les préjugés ethno-raciaux. Pour marquer cet engagement, le collectif décerne chaque année les « Y’A Bon Awards » aux “meilleures” phrases racistes prononcées par des personnalités publiques.

 

Après avoir travaillé pendant 8 ans dans l’industrie des programmes TV jeunesse, Rokhaya Diallo alors titulaire de diplômes de second et troisième cycles en droit, négociation commerciale et marketing dans l’industrie audiovisuelle, devient en 2009 chroniqueuse dans « La Matinale » de Canal +. Puis éditorialiste sur i>télé, polémiste sur RTL et animatrice de l’émission culturelle « Fresh Cultures » sur Le Mouv’.

 

Son travail de journaliste ne la détourne pas pour autant de ses engagements et revendications. Elle devient membre conseil d’administration d’ENAR, (le Réseau européen contre le racisme), un réseau d’associations œuvrant pour lutter contre le racisme dans tous les États membres de l’Union européenne ainsi qu’en Islande.

 

En 2010, elle co-écrit l’Appel pour une République multiculturelle et postraciale (Respect Magazine éditions). Elle publie en mars 2011, Racisme : mode d’emploi  (Larousse), et est co-auteure de Un troussage de domestique (Syllepse) paru en septembre 2011 sous la direction de Christine Delphy.

 

Cette même année, elle anime et co-réalise le magazine documentaire « Égaux mais pas trop » sur LCP-AN/ La Chaine Parlementaire et développe, par ailleurs, son intérêt pour les questions internationales dans  « Les Inrockuptibles ». Ainsi, elle y réalise des reportages sur diverses questions de société au Bahreïn, en Tunisie, aux États-Unis, entre autres.

 

Sélectionnée par le Département d’État Américain en 2010, elle participe à « l’international Visitor Leadership Program » et visite les États Unis autour du thème « managing ethnic diversity in the US ».

 

Reconnue par l’ONG COJEP International – présente dans plus de quinze pays en Europe et affiliée aux Nations Unies et au Conseil de l’Europe – Rokhaya Diallo se voit attribuer le Prix de La Lutte contre le Racisme et les Discriminations en 2012.

 

Intervenant régulièrement dans des conférences nationales ou internationales, elle est classée en 2013 par le magazine Slate en 36ème position parmi les 100 Françaises les plus influentes et figure parmi les 30 personnalités noires les plus influente d’Europe selon le classement du britannique « Powerful Media ». Rokhaya Diallo est, par ailleurs, membre du programme 40under40 qui réunit chaque année 40 leaders européens de moins de 40 ans.

 

En 2012 elle co-écrit La France Une et Multiculturelle (Fayard) sous la direction d’Edgar Morin et Patrick Singaïny et publie « À Nous la France » (Michel Lafon).

 

L’année suivante, elle écrit Comment parler de racisme aux enfants (le Baron Perché) et réalise Les Marches de La Liberté pour la chaîne France Ô. Dans ce documentaire, la réalisatrice suit un groupe de jeunes Américains héritiers de la Marche sur Washington de Martin Luther King qui découvrent la France tenaillée par ses interrogations identitaires trente ans après la « Marche pour l’Égalité et contre le racisme ».

 

L’année suivante, Rokhaya réalise pour LCP/AN et France 3-IDF le documentaire  Les Réseaux de la Haine, consacré à la haine et à la liberté d’expression sur Internet après avoir été elle-même visée par un appel au viol lancé sur Twitter.

 

En 2014, elle apparait dans le « Purpose Economy 100 », la liste des 100 principaux acteurs européens de l’économie innovante et solidaire.

 

La même année elle est lauréate du trophée #LabComWomen dans la catégorie « Générosité ». Le prix, créée par TF1 et LABCOM récompense les femmes ayant un profil remarquable, actives et ambassadrices dans le digital.

 

Elle publie en 2015 sa première bande dessinée « Pari(s) d’Amies » (Editions Delcourt) avec la dessinatrice Kim Consigny. Cette comédie qui se veut aux couleurs de la France d’aujourd’hui narre le quotidien de cinq trentenaires Parisiennes d’origines diverses.

 

Aujourd’hui Rokhaya vit à Paris, et y travaille sur ses prochains écrits et projets documentaires, tout en étant régulièrement conviée à participer à des conférences en France et dans le monde.

Sistinctions

 

    Mars 2015 : Le documentaire  » Les Marches de la Liberté »  réalisé par Rokhaya Diallo questionnant l’identité de la France sous le prisme de jeunes leaders américains, reçoit le Prix du meilleur film documentaire au Festival régional et international de Guadeloupe (FEMI) (voir diaporama)

 

    Novembre 2014 : Rokhaya Diallo est lauréate du prix Sununet de la Diaspora Sénégalaise dans la catégorie Egalité et Justice pour sa contribution au rayonnement international du Sénégal (voir diaporama)

 

     23 octobre 2014 : Rokhaya Diallo est lauréate du prix #LabComWomen dans la catégorie Générosité. Le prix, créé par TF1 et LABCOM récompense les femmes ayant un profil remarquable, actives et ambassadrices dans le digital ( voir diaporama)

 

    Juillet 2014 : Nommée dans la liste des 100 acteurs économiques et sociaux « PURPOSE ECONOMY 100.

 

    2013 : Classée 36ème sur les 100 femmes françaises d’après le magazine Slate.

 

    Classée parmi les personnalités Noires les plus influentes d’Europe d’après POWERFUL MEDIA.

 

    21 janvier 2012 : Rokhaya Diallo reçoit le Prix de la lutte contre le racisme et la discrimination de l’ONG internationale Conseil pour la Justice, l’Égalité et la Paix (COJEP) (voir diaporama)

 

Biographie

 Rokhaya Diallo est éditorialiste et essayiste.

 

 Très tôt impliquée dans la vie locale, Rokhaya Diallo a présidé le Conseil Local de la Jeunesse de la ville de La Courneuve tout en militant parallèlement au sein de l’association anti-sexiste Mix-Cité et auprès de l’organisation altermondialiste ATTAC.

 

En 2007, elle co-fonde l’association « Les Indivisibles » dont l’objectif est de déconstruire, notamment grâce à l’humour, les préjugés ethno-raciaux. Pour marquer cet engagement, le collectif décerne chaque année les « Y’A Bon Awards » aux “meilleures” phrases racistes prononcées par des personnalités publiques.

 

Après avoir travaillé pendant 8 ans dans l’industrie des programmes TV jeunesse, Rokhaya Diallo alors titulaire de diplômes de second et troisième cycles en droit, négociation commerciale et marketing dans l’industrie audiovisuelle, devient en 2009 chroniqueuse dans « La Matinale » de Canal +. Puis éditorialiste sur i>télé, polémiste sur RTL et animatrice de l’émission culturelle « Fresh Cultures » sur Le Mouv’.

 

Son travail de journaliste ne la détourne pas pour autant de ses engagements et revendications. Elle devient membre conseil d’administration d’ENAR, (le Réseau européen contre le racisme), un réseau d’associations œuvrant pour lutter contre le racisme dans tous les États membres de l’Union européenne ainsi qu’en Islande.

 

En 2010, elle co-écrit l’Appel pour une République multiculturelle et postraciale (Respect Magazine éditions). Elle publie en mars 2011, Racisme : mode d’emploi  (Larousse), et est co-auteure de Un troussage de domestique (Syllepse) paru en septembre 2011 sous la direction de Christine Delphy.

 

Cette même année, elle anime et co-réalise le magazine documentaire « Égaux mais pas trop » sur LCP-AN/ La Chaine Parlementaire et développe, par ailleurs, son intérêt pour les questions internationales dans  « Les Inrockuptibles ». Ainsi, elle y réalise des reportages sur diverses questions de société au Bahreïn, en Tunisie, aux États-Unis, entre autres.

 

Sélectionnée par le Département d’État Américain en 2010, elle participe à « l’international Visitor Leadership Program » et visite les États Unis autour du thème « managing ethnic diversity in the US ».

 

Reconnue par l’ONG COJEP International – présente dans plus de quinze pays en Europe et affiliée aux Nations Unies et au Conseil de l’Europe – Rokhaya Diallo se voit attribuer le Prix de La Lutte contre le Racisme et les Discriminations en 2012.

 

Intervenant régulièrement dans des conférences nationales ou internationales, elle est classée en 2013 par le magazine Slate en 36ème position parmi les 100 Françaises les plus influentes et figure parmi les 30 personnalités noires les plus influente d’Europe selon le classement du britannique « Powerful Media ». Rokhaya Diallo est, par ailleurs, membre du programme 40under40 qui réunit chaque année 40 leaders européens de moins de 40 ans.

 

En 2012 elle co-écrit La France Une et Multiculturelle (Fayard) sous la direction d’Edgar Morin et Patrick Singaïny et publie « À Nous la France » (Michel Lafon).

 

L’année suivante, elle écrit Comment parler de racisme aux enfants (le Baron Perché) et réalise Les Marches de La Liberté pour la chaîne France Ô. Dans ce documentaire, la réalisatrice suit un groupe de jeunes Américains héritiers de la Marche sur Washington de Martin Luther King qui découvrent la France tenaillée par ses interrogations identitaires trente ans après la « Marche pour l’Égalité et contre le racisme ».

 

L’année suivante, Rokhaya réalise pour LCP/AN et France 3-IDF le documentaire  Les Réseaux de la Haine, consacré à la haine et à la liberté d’expression sur Internet après avoir été elle-même visée par un appel au viol lancé sur Twitter.

 

En 2014, elle apparait dans le « Purpose Economy 100 », la liste des 100 principaux acteurs européens de l’économie innovante et solidaire.

 

La même année elle est lauréate du trophée #LabComWomen dans la catégorie « Générosité ». Le prix, créée par TF1 et LABCOM récompense les femmes ayant un profil remarquable, actives et ambassadrices dans le digital.

 

Elle publie en 2015 sa première bande dessinée « Pari(s) d’Amies » (Editions Delcourt) avec la dessinatrice Kim Consigny. Cette comédie qui se veut aux couleurs de la France d’aujourd’hui narre le quotidien de cinq trentenaires Parisiennes d’origines diverses.

 

Aujourd’hui Rokhaya vit à Paris, et y travaille sur ses prochains écrits et projets documentaires, tout en étant régulièrement conviée à participer à des conférences en France et dans le monde.

Sistinctions

 

    Mars 2015 : Le documentaire  » Les Marches de la Liberté »  réalisé par Rokhaya Diallo questionnant l’identité de la France sous le prisme de jeunes leaders américains, reçoit le Prix du meilleur film documentaire au Festival régional et international de Guadeloupe (FEMI) (voir diaporama)

 

    Novembre 2014 : Rokhaya Diallo est lauréate du prix Sununet de la Diaspora Sénégalaise dans la catégorie Egalité et Justice pour sa contribution au rayonnement international du Sénégal (voir diaporama)

 

     23 octobre 2014 : Rokhaya Diallo est lauréate du prix #LabComWomen dans la catégorie Générosité. Le prix, créé par TF1 et LABCOM récompense les femmes ayant un profil remarquable, actives et ambassadrices dans le digital ( voir diaporama)

 

    Juillet 2014 : Nommée dans la liste des 100 acteurs économiques et sociaux « PURPOSE ECONOMY 100.

 

    2013 : Classée 36ème sur les 100 femmes françaises d’après le magazine Slate.

 

    Classée parmi les personnalités Noires les plus influentes d’Europe d’après POWERFUL MEDIA.

 

    21 janvier 2012 : Rokhaya Diallo reçoit le Prix de la lutte contre le racisme et la discrimination de l’ONG internationale Conseil pour la Justice, l’Égalité et la Paix (COJEP) (voir diaporama)

 

Biographie

 Rokhaya Diallo est éditorialiste et essayiste.

 

 Très tôt impliquée dans la vie locale, Rokhaya Diallo a présidé le Conseil Local de la Jeunesse de la ville de La Courneuve tout en militant parallèlement au sein de l’association anti-sexiste Mix-Cité et auprès de l’organisation altermondialiste ATTAC.

 

En 2007, elle co-fonde l’association « Les Indivisibles » dont l’objectif est de déconstruire, notamment grâce à l’humour, les préjugés ethno-raciaux. Pour marquer cet engagement, le collectif décerne chaque année les « Y’A Bon Awards » aux “meilleures” phrases racistes prononcées par des personnalités publiques.

 

Après avoir travaillé pendant 8 ans dans l’industrie des programmes TV jeunesse, Rokhaya Diallo alors titulaire de diplômes de second et troisième cycles en droit, négociation commerciale et marketing dans l’industrie audiovisuelle, devient en 2009 chroniqueuse dans « La Matinale » de Canal +. Puis éditorialiste sur i>télé, polémiste sur RTL et animatrice de l’émission culturelle « Fresh Cultures » sur Le Mouv’.

 

Son travail de journaliste ne la détourne pas pour autant de ses engagements et revendications. Elle devient membre conseil d’administration d’ENAR, (le Réseau européen contre le racisme), un réseau d’associations œuvrant pour lutter contre le racisme dans tous les États membres de l’Union européenne ainsi qu’en Islande.

 

En 2010, elle co-écrit l’Appel pour une République multiculturelle et postraciale (Respect Magazine éditions). Elle publie en mars 2011, Racisme : mode d’emploi  (Larousse), et est co-auteure de Un troussage de domestique (Syllepse) paru en septembre 2011 sous la direction de Christine Delphy.

 

Cette même année, elle anime et co-réalise le magazine documentaire « Égaux mais pas trop » sur LCP-AN/ La Chaine Parlementaire et développe, par ailleurs, son intérêt pour les questions internationales dans  « Les Inrockuptibles ». Ainsi, elle y réalise des reportages sur diverses questions de société au Bahreïn, en Tunisie, aux États-Unis, entre autres.

 

Sélectionnée par le Département d’État Américain en 2010, elle participe à « l’international Visitor Leadership Program » et visite les États Unis autour du thème « managing ethnic diversity in the US ».

 

Reconnue par l’ONG COJEP International – présente dans plus de quinze pays en Europe et affiliée aux Nations Unies et au Conseil de l’Europe – Rokhaya Diallo se voit attribuer le Prix de La Lutte contre le Racisme et les Discriminations en 2012.

 

Intervenant régulièrement dans des conférences nationales ou internationales, elle est classée en 2013 par le magazine Slate en 36ème position parmi les 100 Françaises les plus influentes et figure parmi les 30 personnalités noires les plus influente d’Europe selon le classement du britannique « Powerful Media ». Rokhaya Diallo est, par ailleurs, membre du programme 40under40 qui réunit chaque année 40 leaders européens de moins de 40 ans.

 

En 2012 elle co-écrit La France Une et Multiculturelle (Fayard) sous la direction d’Edgar Morin et Patrick Singaïny et publie « À Nous la France » (Michel Lafon).

 

L’année suivante, elle écrit Comment parler de racisme aux enfants (le Baron Perché) et réalise Les Marches de La Liberté pour la chaîne France Ô. Dans ce documentaire, la réalisatrice suit un groupe de jeunes Américains héritiers de la Marche sur Washington de Martin Luther King qui découvrent la France tenaillée par ses interrogations identitaires trente ans après la « Marche pour l’Égalité et contre le racisme ».

 

L’année suivante, Rokhaya réalise pour LCP/AN et France 3-IDF le documentaire  Les Réseaux de la Haine, consacré à la haine et à la liberté d’expression sur Internet après avoir été elle-même visée par un appel au viol lancé sur Twitter.

 

En 2014, elle apparait dans le « Purpose Economy 100 », la liste des 100 principaux acteurs européens de l’économie innovante et solidaire.

 

La même année elle est lauréate du trophée #LabComWomen dans la catégorie « Générosité ». Le prix, créée par TF1 et LABCOM récompense les femmes ayant un profil remarquable, actives et ambassadrices dans le digital.

 

Elle publie en 2015 sa première bande dessinée « Pari(s) d’Amies » (Editions Delcourt) avec la dessinatrice Kim Consigny. Cette comédie qui se veut aux couleurs de la France d’aujourd’hui narre le quotidien de cinq trentenaires Parisiennes d’origines diverses.

 

Aujourd’hui Rokhaya vit à Paris, et y travaille sur ses prochains écrits et projets documentaires, tout en étant régulièrement conviée à participer à des conférences en France et dans le monde.

Sistinctions

 

    Mars 2015 : Le documentaire  » Les Marches de la Liberté »  réalisé par Rokhaya Diallo questionnant l’identité de la France sous le prisme de jeunes leaders américains, reçoit le Prix du meilleur film documentaire au Festival régional et international de Guadeloupe (FEMI) (voir diaporama)

 

    Novembre 2014 : Rokhaya Diallo est lauréate du prix Sununet de la Diaspora Sénégalaise dans la catégorie Egalité et Justice pour sa contribution au rayonnement international du Sénégal (voir diaporama)

 

     23 octobre 2014 : Rokhaya Diallo est lauréate du prix #LabComWomen dans la catégorie Générosité. Le prix, créé par TF1 et LABCOM récompense les femmes ayant un profil remarquable, actives et ambassadrices dans le digital ( voir diaporama)

 

    Juillet 2014 : Nommée dans la liste des 100 acteurs économiques et sociaux « PURPOSE ECONOMY 100.

 

    2013 : Classée 36ème sur les 100 femmes françaises d’après le magazine Slate.

 

    Classée parmi les personnalités Noires les plus influentes d’Europe d’après POWERFUL MEDIA.

 

    21 janvier 2012 : Rokhaya Diallo reçoit le Prix de la lutte contre le racisme et la discrimination de l’ONG internationale Conseil pour la Justice, l’Égalité et la Paix (COJEP) (voir diaporama)

 

Biographie

 Rokhaya Diallo est éditorialiste et essayiste.

 

 Très tôt impliquée dans la vie locale, Rokhaya Diallo a présidé le Conseil Local de la Jeunesse de la ville de La Courneuve tout en militant parallèlement au sein de l’association anti-sexiste Mix-Cité et auprès de l’organisation altermondialiste ATTAC.

 

En 2007, elle co-fonde l’association « Les Indivisibles » dont l’objectif est de déconstruire, notamment grâce à l’humour, les préjugés ethno-raciaux. Pour marquer cet engagement, le collectif décerne chaque année les « Y’A Bon Awards » aux “meilleures” phrases racistes prononcées par des personnalités publiques.

 

Après avoir travaillé pendant 8 ans dans l’industrie des programmes TV jeunesse, Rokhaya Diallo alors titulaire de diplômes de second et troisième cycles en droit, négociation commerciale et marketing dans l’industrie audiovisuelle, devient en 2009 chroniqueuse dans « La Matinale » de Canal +. Puis éditorialiste sur i>télé, polémiste sur RTL et animatrice de l’émission culturelle « Fresh Cultures » sur Le Mouv’.

 

Son travail de journaliste ne la détourne pas pour autant de ses engagements et revendications. Elle devient membre conseil d’administration d’ENAR, (le Réseau européen contre le racisme), un réseau d’associations œuvrant pour lutter contre le racisme dans tous les États membres de l’Union européenne ainsi qu’en Islande.

 

En 2010, elle co-écrit l’Appel pour une République multiculturelle et postraciale (Respect Magazine éditions). Elle publie en mars 2011, Racisme : mode d’emploi  (Larousse), et est co-auteure de Un troussage de domestique (Syllepse) paru en septembre 2011 sous la direction de Christine Delphy.

 

Cette même année, elle anime et co-réalise le magazine documentaire « Égaux mais pas trop » sur LCP-AN/ La Chaine Parlementaire et développe, par ailleurs, son intérêt pour les questions internationales dans  « Les Inrockuptibles ». Ainsi, elle y réalise des reportages sur diverses questions de société au Bahreïn, en Tunisie, aux États-Unis, entre autres.

 

Sélectionnée par le Département d’État Américain en 2010, elle participe à « l’international Visitor Leadership Program » et visite les États Unis autour du thème « managing ethnic diversity in the US ».

 

Reconnue par l’ONG COJEP International – présente dans plus de quinze pays en Europe et affiliée aux Nations Unies et au Conseil de l’Europe – Rokhaya Diallo se voit attribuer le Prix de La Lutte contre le Racisme et les Discriminations en 2012.

 

Intervenant régulièrement dans des conférences nationales ou internationales, elle est classée en 2013 par le magazine Slate en 36ème position parmi les 100 Françaises les plus influentes et figure parmi les 30 personnalités noires les plus influente d’Europe selon le classement du britannique « Powerful Media ». Rokhaya Diallo est, par ailleurs, membre du programme 40under40 qui réunit chaque année 40 leaders européens de moins de 40 ans.

 

En 2012 elle co-écrit La France Une et Multiculturelle (Fayard) sous la direction d’Edgar Morin et Patrick Singaïny et publie « À Nous la France » (Michel Lafon).

 

L’année suivante, elle écrit Comment parler de racisme aux enfants (le Baron Perché) et réalise Les Marches de La Liberté pour la chaîne France Ô. Dans ce documentaire, la réalisatrice suit un groupe de jeunes Américains héritiers de la Marche sur Washington de Martin Luther King qui découvrent la France tenaillée par ses interrogations identitaires trente ans après la « Marche pour l’Égalité et contre le racisme ».

 

L’année suivante, Rokhaya réalise pour LCP/AN et France 3-IDF le documentaire  Les Réseaux de la Haine, consacré à la haine et à la liberté d’expression sur Internet après avoir été elle-même visée par un appel au viol lancé sur Twitter.

 

En 2014, elle apparait dans le « Purpose Economy 100 », la liste des 100 principaux acteurs européens de l’économie innovante et solidaire.

 

La même année elle est lauréate du trophée #LabComWomen dans la catégorie « Générosité ». Le prix, créée par TF1 et LABCOM récompense les femmes ayant un profil remarquable, actives et ambassadrices dans le digital.

 

Elle publie en 2015 sa première bande dessinée « Pari(s) d’Amies » (Editions Delcourt) avec la dessinatrice Kim Consigny. Cette comédie qui se veut aux couleurs de la France d’aujourd’hui narre le quotidien de cinq trentenaires Parisiennes d’origines diverses.

 

Aujourd’hui Rokhaya vit à Paris, et y travaille sur ses prochains écrits et projets documentaires, tout en étant régulièrement conviée à participer à des conférences en France et dans le monde.

Sistinctions

 

    Mars 2015 : Le documentaire  » Les Marches de la Liberté »  réalisé par Rokhaya Diallo questionnant l’identité de la France sous le prisme de jeunes leaders américains, reçoit le Prix du meilleur film documentaire au Festival régional et international de Guadeloupe (FEMI) (voir diaporama)

 

    Novembre 2014 : Rokhaya Diallo est lauréate du prix Sununet de la Diaspora Sénégalaise dans la catégorie Egalité et Justice pour sa contribution au rayonnement international du Sénégal (voir diaporama)

 

     23 octobre 2014 : Rokhaya Diallo est lauréate du prix #LabComWomen dans la catégorie Générosité. Le prix, créé par TF1 et LABCOM récompense les femmes ayant un profil remarquable, actives et ambassadrices dans le digital ( voir diaporama)

 

    Juillet 2014 : Nommée dans la liste des 100 acteurs économiques et sociaux « PURPOSE ECONOMY 100.

 

    2013 : Classée 36ème sur les 100 femmes françaises d’après le magazine Slate.

 

    Classée parmi les personnalités Noires les plus influentes d’Europe d’après POWERFUL MEDIA.

 

    21 janvier 2012 : Rokhaya Diallo reçoit le Prix de la lutte contre le racisme et la discrimination de l’ONG internationale Conseil pour la Justice, l’Égalité et la Paix (COJEP) (voir diaporama)

 

Biographie

 Rokhaya Diallo est éditorialiste et essayiste.

 

 Très tôt impliquée dans la vie locale, Rokhaya Diallo a présidé le Conseil Local de la Jeunesse de la ville de La Courneuve tout en militant parallèlement au sein de l’association anti-sexiste Mix-Cité et auprès de l’organisation altermondialiste ATTAC.

 

En 2007, elle co-fonde l’association « Les Indivisibles » dont l’objectif est de déconstruire, notamment grâce à l’humour, les préjugés ethno-raciaux. Pour marquer cet engagement, le collectif décerne chaque année les « Y’A Bon Awards » aux “meilleures” phrases racistes prononcées par des personnalités publiques.

 

Après avoir travaillé pendant 8 ans dans l’industrie des programmes TV jeunesse, Rokhaya Diallo alors titulaire de diplômes de second et troisième cycles en droit, négociation commerciale et marketing dans l’industrie audiovisuelle, devient en 2009 chroniqueuse dans « La Matinale » de Canal +. Puis éditorialiste sur i>télé, polémiste sur RTL et animatrice de l’émission culturelle « Fresh Cultures » sur Le Mouv’.

 

Son travail de journaliste ne la détourne pas pour autant de ses engagements et revendications. Elle devient membre conseil d’administration d’ENAR, (le Réseau européen contre le racisme), un réseau d’associations œuvrant pour lutter contre le racisme dans tous les États membres de l’Union européenne ainsi qu’en Islande.

 

En 2010, elle co-écrit l’Appel pour une République multiculturelle et postraciale (Respect Magazine éditions). Elle publie en mars 2011, Racisme : mode d’emploi  (Larousse), et est co-auteure de Un troussage de domestique (Syllepse) paru en septembre 2011 sous la direction de Christine Delphy.

 

Cette même année, elle anime et co-réalise le magazine documentaire « Égaux mais pas trop » sur LCP-AN/ La Chaine Parlementaire et développe, par ailleurs, son intérêt pour les questions internationales dans  « Les Inrockuptibles ». Ainsi, elle y réalise des reportages sur diverses questions de société au Bahreïn, en Tunisie, aux États-Unis, entre autres.

 

Sélectionnée par le Département d’État Américain en 2010, elle participe à « l’international Visitor Leadership Program » et visite les États Unis autour du thème « managing ethnic diversity in the US ».

 

Reconnue par l’ONG COJEP International – présente dans plus de quinze pays en Europe et affiliée aux Nations Unies et au Conseil de l’Europe – Rokhaya Diallo se voit attribuer le Prix de La Lutte contre le Racisme et les Discriminations en 2012.

 

Intervenant régulièrement dans des conférences nationales ou internationales, elle est classée en 2013 par le magazine Slate en 36ème position parmi les 100 Françaises les plus influentes et figure parmi les 30 personnalités noires les plus influente d’Europe selon le classement du britannique « Powerful Media ». Rokhaya Diallo est, par ailleurs, membre du programme 40under40 qui réunit chaque année 40 leaders européens de moins de 40 ans.

 

En 2012 elle co-écrit La France Une et Multiculturelle (Fayard) sous la direction d’Edgar Morin et Patrick Singaïny et publie « À Nous la France » (Michel Lafon).

 

L’année suivante, elle écrit Comment parler de racisme aux enfants (le Baron Perché) et réalise Les Marches de La Liberté pour la chaîne France Ô. Dans ce documentaire, la réalisatrice suit un groupe de jeunes Américains héritiers de la Marche sur Washington de Martin Luther King qui découvrent la France tenaillée par ses interrogations identitaires trente ans après la « Marche pour l’Égalité et contre le racisme ».

 

L’année suivante, Rokhaya réalise pour LCP/AN et France 3-IDF le documentaire  Les Réseaux de la Haine, consacré à la haine et à la liberté d’expression sur Internet après avoir été elle-même visée par un appel au viol lancé sur Twitter.

 

En 2014, elle apparait dans le « Purpose Economy 100 », la liste des 100 principaux acteurs européens de l’économie innovante et solidaire.

 

La même année elle est lauréate du trophée #LabComWomen dans la catégorie « Générosité ». Le prix, créée par TF1 et LABCOM récompense les femmes ayant un profil remarquable, actives et ambassadrices dans le digital.

 

Elle publie en 2015 sa première bande dessinée « Pari(s) d’Amies » (Editions Delcourt) avec la dessinatrice Kim Consigny. Cette comédie qui se veut aux couleurs de la France d’aujourd’hui narre le quotidien de cinq trentenaires Parisiennes d’origines diverses.

 

Aujourd’hui Rokhaya vit à Paris, et y travaille sur ses prochains écrits et projets documentaires, tout en étant régulièrement conviée à participer à des conférences en France et dans le monde.

Sistinctions

 

    Mars 2015 : Le documentaire  » Les Marches de la Liberté »  réalisé par Rokhaya Diallo questionnant l’identité de la France sous le prisme de jeunes leaders américains, reçoit le Prix du meilleur film documentaire au Festival régional et international de Guadeloupe (FEMI) (voir diaporama)

 

    Novembre 2014 : Rokhaya Diallo est lauréate du prix Sununet de la Diaspora Sénégalaise dans la catégorie Egalité et Justice pour sa contribution au rayonnement international du Sénégal (voir diaporama)

 

     23 octobre 2014 : Rokhaya Diallo est lauréate du prix #LabComWomen dans la catégorie Générosité. Le prix, créé par TF1 et LABCOM récompense les femmes ayant un profil remarquable, actives et ambassadrices dans le digital ( voir diaporama)

 

    Juillet 2014 : Nommée dans la liste des 100 acteurs économiques et sociaux « PURPOSE ECONOMY 100.

 

    2013 : Classée 36ème sur les 100 femmes françaises d’après le magazine Slate.

 

    Classée parmi les personnalités Noires les plus influentes d’Europe d’après POWERFUL MEDIA.

 

    21 janvier 2012 : Rokhaya Diallo reçoit le Prix de la lutte contre le racisme et la discrimination de l’ONG internationale Conseil pour la Justice, l’Égalité et la Paix (COJEP) (voir diaporama)

 

Biographie

 Rokhaya Diallo est éditorialiste et essayiste.

 

 Très tôt impliquée dans la vie locale, Rokhaya Diallo a présidé le Conseil Local de la Jeunesse de la ville de La Courneuve tout en militant parallèlement au sein de l’association anti-sexiste Mix-Cité et auprès de l’organisation altermondialiste ATTAC.

 

En 2007, elle co-fonde l’association « Les Indivisibles » dont l’objectif est de déconstruire, notamment grâce à l’humour, les préjugés ethno-raciaux. Pour marquer cet engagement, le collectif décerne chaque année les « Y’A Bon Awards » aux “meilleures” phrases racistes prononcées par des personnalités publiques.

 

Après avoir travaillé pendant 8 ans dans l’industrie des programmes TV jeunesse, Rokhaya Diallo alors titulaire de diplômes de second et troisième cycles en droit, négociation commerciale et marketing dans l’industrie audiovisuelle, devient en 2009 chroniqueuse dans « La Matinale » de Canal +. Puis éditorialiste sur i>télé, polémiste sur RTL et animatrice de l’émission culturelle « Fresh Cultures » sur Le Mouv’.

 

Son travail de journaliste ne la détourne pas pour autant de ses engagements et revendications. Elle devient membre conseil d’administration d’ENAR, (le Réseau européen contre le racisme), un réseau d’associations œuvrant pour lutter contre le racisme dans tous les États membres de l’Union européenne ainsi qu’en Islande.

 

En 2010, elle co-écrit l’Appel pour une République multiculturelle et postraciale (Respect Magazine éditions). Elle publie en mars 2011, Racisme : mode d’emploi  (Larousse), et est co-auteure de Un troussage de domestique (Syllepse) paru en septembre 2011 sous la direction de Christine Delphy.

 

Cette même année, elle anime et co-réalise le magazine documentaire « Égaux mais pas trop » sur LCP-AN/ La Chaine Parlementaire et développe, par ailleurs, son intérêt pour les questions internationales dans  « Les Inrockuptibles ». Ainsi, elle y réalise des reportages sur diverses questions de société au Bahreïn, en Tunisie, aux États-Unis, entre autres.

 

Sélectionnée par le Département d’État Américain en 2010, elle participe à « l’international Visitor Leadership Program » et visite les États Unis autour du thème « managing ethnic diversity in the US ».

 

Reconnue par l’ONG COJEP International – présente dans plus de quinze pays en Europe et affiliée aux Nations Unies et au Conseil de l’Europe – Rokhaya Diallo se voit attribuer le Prix de La Lutte contre le Racisme et les Discriminations en 2012.

 

Intervenant régulièrement dans des conférences nationales ou internationales, elle est classée en 2013 par le magazine Slate en 36ème position parmi les 100 Françaises les plus influentes et figure parmi les 30 personnalités noires les plus influente d’Europe selon le classement du britannique « Powerful Media ». Rokhaya Diallo est, par ailleurs, membre du programme 40under40 qui réunit chaque année 40 leaders européens de moins de 40 ans.

 

En 2012 elle co-écrit La France Une et Multiculturelle (Fayard) sous la direction d’Edgar Morin et Patrick Singaïny et publie « À Nous la France » (Michel Lafon).

 

L’année suivante, elle écrit Comment parler de racisme aux enfants (le Baron Perché) et réalise Les Marches de La Liberté pour la chaîne France Ô. Dans ce documentaire, la réalisatrice suit un groupe de jeunes Américains héritiers de la Marche sur Washington de Martin Luther King qui découvrent la France tenaillée par ses interrogations identitaires trente ans après la « Marche pour l’Égalité et contre le racisme ».

 

L’année suivante, Rokhaya réalise pour LCP/AN et France 3-IDF le documentaire  Les Réseaux de la Haine, consacré à la haine et à la liberté d’expression sur Internet après avoir été elle-même visée par un appel au viol lancé sur Twitter.

 

En 2014, elle apparait dans le « Purpose Economy 100 », la liste des 100 principaux acteurs européens de l’économie innovante et solidaire.

 

La même année elle est lauréate du trophée #LabComWomen dans la catégorie « Générosité ». Le prix, créée par TF1 et LABCOM récompense les femmes ayant un profil remarquable, actives et ambassadrices dans le digital.

 

Elle publie en 2015 sa première bande dessinée « Pari(s) d’Amies » (Editions Delcourt) avec la dessinatrice Kim Consigny. Cette comédie qui se veut aux couleurs de la France d’aujourd’hui narre le quotidien de cinq trentenaires Parisiennes d’origines diverses.

 

Aujourd’hui Rokhaya vit à Paris, et y travaille sur ses prochains écrits et projets documentaires, tout en étant régulièrement conviée à participer à des conférences en France et dans le monde.

Sistinctions

 

    Mars 2015 : Le documentaire  » Les Marches de la Liberté »  réalisé par Rokhaya Diallo questionnant l’identité de la France sous le prisme de jeunes leaders américains, reçoit le Prix du meilleur film documentaire au Festival régional et international de Guadeloupe (FEMI) (voir diaporama)

 

    Novembre 2014 : Rokhaya Diallo est lauréate du prix Sununet de la Diaspora Sénégalaise dans la catégorie Egalité et Justice pour sa contribution au rayonnement international du Sénégal (voir diaporama)

 

     23 octobre 2014 : Rokhaya Diallo est lauréate du prix #LabComWomen dans la catégorie Générosité. Le prix, créé par TF1 et LABCOM récompense les femmes ayant un profil remarquable, actives et ambassadrices dans le digital ( voir diaporama)

 

    Juillet 2014 : Nommée dans la liste des 100 acteurs économiques et sociaux « PURPOSE ECONOMY 100.

 

    2013 : Classée 36ème sur les 100 femmes françaises d’après le magazine Slate.

 

    Classée parmi les personnalités Noires les plus influentes d’Europe d’après POWERFUL MEDIA.

 

    21 janvier 2012 : Rokhaya Diallo reçoit le Prix de la lutte contre le racisme et la discrimination de l’ONG internationale Conseil pour la Justice, l’Égalité et la Paix (COJEP) (voir diaporama)

 

Biographie

 Rokhaya Diallo est éditorialiste et essayiste.

 

 Très tôt impliquée dans la vie locale, Rokhaya Diallo a présidé le Conseil Local de la Jeunesse de la ville de La Courneuve tout en militant parallèlement au sein de l’association anti-sexiste Mix-Cité et auprès de l’organisation altermondialiste ATTAC.

 

En 2007, elle co-fonde l’association « Les Indivisibles » dont l’objectif est de déconstruire, notamment grâce à l’humour, les préjugés ethno-raciaux. Pour marquer cet engagement, le collectif décerne chaque année les « Y’A Bon Awards » aux “meilleures” phrases racistes prononcées par des personnalités publiques.

 

Après avoir travaillé pendant 8 ans dans l’industrie des programmes TV jeunesse, Rokhaya Diallo alors titulaire de diplômes de second et troisième cycles en droit, négociation commerciale et marketing dans l’industrie audiovisuelle, devient en 2009 chroniqueuse dans « La Matinale » de Canal +. Puis éditorialiste sur i>télé, polémiste sur RTL et animatrice de l’émission culturelle « Fresh Cultures » sur Le Mouv’.

 

Son travail de journaliste ne la détourne pas pour autant de ses engagements et revendications. Elle devient membre conseil d’administration d’ENAR, (le Réseau européen contre le racisme), un réseau d’associations œuvrant pour lutter contre le racisme dans tous les États membres de l’Union européenne ainsi qu’en Islande.

 

En 2010, elle co-écrit l’Appel pour une République multiculturelle et postraciale (Respect Magazine éditions). Elle publie en mars 2011, Racisme : mode d’emploi  (Larousse), et est co-auteure de Un troussage de domestique (Syllepse) paru en septembre 2011 sous la direction de Christine Delphy.

 

Cette même année, elle anime et co-réalise le magazine documentaire « Égaux mais pas trop » sur LCP-AN/ La Chaine Parlementaire et développe, par ailleurs, son intérêt pour les questions internationales dans  « Les Inrockuptibles ». Ainsi, elle y réalise des reportages sur diverses questions de société au Bahreïn, en Tunisie, aux États-Unis, entre autres.

 

Sélectionnée par le Département d’État Américain en 2010, elle participe à « l’international Visitor Leadership Program » et visite les États Unis autour du thème « managing ethnic diversity in the US ».

 

Reconnue par l’ONG COJEP International – présente dans plus de quinze pays en Europe et affiliée aux Nations Unies et au Conseil de l’Europe – Rokhaya Diallo se voit attribuer le Prix de La Lutte contre le Racisme et les Discriminations en 2012.

 

Intervenant régulièrement dans des conférences nationales ou internationales, elle est classée en 2013 par le magazine Slate en 36ème position parmi les 100 Françaises les plus influentes et figure parmi les 30 personnalités noires les plus influente d’Europe selon le classement du britannique « Powerful Media ». Rokhaya Diallo est, par ailleurs, membre du programme 40under40 qui réunit chaque année 40 leaders européens de moins de 40 ans.

 

En 2012 elle co-écrit La France Une et Multiculturelle (Fayard) sous la direction d’Edgar Morin et Patrick Singaïny et publie « À Nous la France » (Michel Lafon).

 

L’année suivante, elle écrit Comment parler de racisme aux enfants (le Baron Perché) et réalise Les Marches de La Liberté pour la chaîne France Ô. Dans ce documentaire, la réalisatrice suit un groupe de jeunes Américains héritiers de la Marche sur Washington de Martin Luther King qui découvrent la France tenaillée par ses interrogations identitaires trente ans après la « Marche pour l’Égalité et contre le racisme ».

 

L’année suivante, Rokhaya réalise pour LCP/AN et France 3-IDF le documentaire  Les Réseaux de la Haine, consacré à la haine et à la liberté d’expression sur Internet après avoir été elle-même visée par un appel au viol lancé sur Twitter.

 

En 2014, elle apparait dans le « Purpose Economy 100 », la liste des 100 principaux acteurs européens de l’économie innovante et solidaire.

 

La même année elle est lauréate du trophée #LabComWomen dans la catégorie « Générosité ». Le prix, créée par TF1 et LABCOM récompense les femmes ayant un profil remarquable, actives et ambassadrices dans le digital.

 

Elle publie en 2015 sa première bande dessinée « Pari(s) d’Amies » (Editions Delcourt) avec la dessinatrice Kim Consigny. Cette comédie qui se veut aux couleurs de la France d’aujourd’hui narre le quotidien de cinq trentenaires Parisiennes d’origines diverses.

 

Aujourd’hui Rokhaya vit à Paris, et y travaille sur ses prochains écrits et projets documentaires, tout en étant régulièrement conviée à participer à des conférences en France et dans le monde.

Sistinctions

 

    Mars 2015 : Le documentaire  » Les Marches de la Liberté »  réalisé par Rokhaya Diallo questionnant l’identité de la France sous le prisme de jeunes leaders américains, reçoit le Prix du meilleur film documentaire au Festival régional et international de Guadeloupe (FEMI) (voir diaporama)

 

    Novembre 2014 : Rokhaya Diallo est lauréate du prix Sununet de la Diaspora Sénégalaise dans la catégorie Egalité et Justice pour sa contribution au rayonnement international du Sénégal (voir diaporama)

 

     23 octobre 2014 : Rokhaya Diallo est lauréate du prix #LabComWomen dans la catégorie Générosité. Le prix, créé par TF1 et LABCOM récompense les femmes ayant un profil remarquable, actives et ambassadrices dans le digital ( voir diaporama)

 

    Juillet 2014 : Nommée dans la liste des 100 acteurs économiques et sociaux « PURPOSE ECONOMY 100.

 

    2013 : Classée 36ème sur les 100 femmes françaises d’après le magazine Slate.

 

    Classée parmi les personnalités Noires les plus influentes d’Europe d’après POWERFUL MEDIA.

 

    21 janvier 2012 : Rokhaya Diallo reçoit le Prix de la lutte contre le racisme et la discrimination de l’ONG internationale Conseil pour la Justice, l’Égalité et la Paix (COJEP) (voir diaporama)

 

Biographie

 Rokhaya Diallo est éditorialiste et essayiste.

 

 Très tôt impliquée dans la vie locale, Rokhaya Diallo a présidé le Conseil Local de la Jeunesse de la ville de La Courneuve tout en militant parallèlement au sein de l’association anti-sexiste Mix-Cité et auprès de l’organisation altermondialiste ATTAC.

 

En 2007, elle co-fonde l’association « Les Indivisibles » dont l’objectif est de déconstruire, notamment grâce à l’humour, les préjugés ethno-raciaux. Pour marquer cet engagement, le collectif décerne chaque année les « Y’A Bon Awards » aux “meilleures” phrases racistes prononcées par des personnalités publiques.

 

Après avoir travaillé pendant 8 ans dans l’industrie des programmes TV jeunesse, Rokhaya Diallo alors titulaire de diplômes de second et troisième cycles en droit, négociation commerciale et marketing dans l’industrie audiovisuelle, devient en 2009 chroniqueuse dans « La Matinale » de Canal +. Puis éditorialiste sur i>télé, polémiste sur RTL et animatrice de l’émission culturelle « Fresh Cultures » sur Le Mouv’.

 

Son travail de journaliste ne la détourne pas pour autant de ses engagements et revendications. Elle devient membre conseil d’administration d’ENAR, (le Réseau européen contre le racisme), un réseau d’associations œuvrant pour lutter contre le racisme dans tous les États membres de l’Union européenne ainsi qu’en Islande.

 

En 2010, elle co-écrit l’Appel pour une République multiculturelle et postraciale (Respect Magazine éditions). Elle publie en mars 2011, Racisme : mode d’emploi  (Larousse), et est co-auteure de Un troussage de domestique (Syllepse) paru en septembre 2011 sous la direction de Christine Delphy.

 

Cette même année, elle anime et co-réalise le magazine documentaire « Égaux mais pas trop » sur LCP-AN/ La Chaine Parlementaire et développe, par ailleurs, son intérêt pour les questions internationales dans  « Les Inrockuptibles ». Ainsi, elle y réalise des reportages sur diverses questions de société au Bahreïn, en Tunisie, aux États-Unis, entre autres.

 

Sélectionnée par le Département d’État Américain en 2010, elle participe à « l’international Visitor Leadership Program » et visite les États Unis autour du thème « managing ethnic diversity in the US ».

 

Reconnue par l’ONG COJEP International – présente dans plus de quinze pays en Europe et affiliée aux Nations Unies et au Conseil de l’Europe – Rokhaya Diallo se voit attribuer le Prix de La Lutte contre le Racisme et les Discriminations en 2012.

 

Intervenant régulièrement dans des conférences nationales ou internationales, elle est classée en 2013 par le magazine Slate en 36ème position parmi les 100 Françaises les plus influentes et figure parmi les 30 personnalités noires les plus influente d’Europe selon le classement du britannique « Powerful Media ». Rokhaya Diallo est, par ailleurs, membre du programme 40under40 qui réunit chaque année 40 leaders européens de moins de 40 ans.

 

En 2012 elle co-écrit La France Une et Multiculturelle (Fayard) sous la direction d’Edgar Morin et Patrick Singaïny et publie « À Nous la France » (Michel Lafon).

 

L’année suivante, elle écrit Comment parler de racisme aux enfants (le Baron Perché) et réalise Les Marches de La Liberté pour la chaîne France Ô. Dans ce documentaire, la réalisatrice suit un groupe de jeunes Américains héritiers de la Marche sur Washington de Martin Luther King qui découvrent la France tenaillée par ses interrogations identitaires trente ans après la « Marche pour l’Égalité et contre le racisme ».

 

L’année suivante, Rokhaya réalise pour LCP/AN et France 3-IDF le documentaire  Les Réseaux de la Haine, consacré à la haine et à la liberté d’expression sur Internet après avoir été elle-même visée par un appel au viol lancé sur Twitter.

 

En 2014, elle apparait dans le « Purpose Economy 100 », la liste des 100 principaux acteurs européens de l’économie innovante et solidaire.

 

La même année elle est lauréate du trophée #LabComWomen dans la catégorie « Générosité ». Le prix, créée par TF1 et LABCOM récompense les femmes ayant un profil remarquable, actives et ambassadrices dans le digital.

 

Elle publie en 2015 sa première bande dessinée « Pari(s) d’Amies » (Editions Delcourt) avec la dessinatrice Kim Consigny. Cette comédie qui se veut aux couleurs de la France d’aujourd’hui narre le quotidien de cinq trentenaires Parisiennes d’origines diverses.

 

Aujourd’hui Rokhaya vit à Paris, et y travaille sur ses prochains écrits et projets documentaires, tout en étant régulièrement conviée à participer à des conférences en France et dans le monde.

Sistinctions

 

    Mars 2015 : Le documentaire  » Les Marches de la Liberté »  réalisé par Rokhaya Diallo questionnant l’identité de la France sous le prisme de jeunes leaders américains, reçoit le Prix du meilleur film documentaire au Festival régional et international de Guadeloupe (FEMI) (voir diaporama)

 

    Novembre 2014 : Rokhaya Diallo est lauréate du prix Sununet de la Diaspora Sénégalaise dans la catégorie Egalité et Justice pour sa contribution au rayonnement international du Sénégal (voir diaporama)

 

     23 octobre 2014 : Rokhaya Diallo est lauréate du prix #LabComWomen dans la catégorie Générosité. Le prix, créé par TF1 et LABCOM récompense les femmes ayant un profil remarquable, actives et ambassadrices dans le digital ( voir diaporama)

 

    Juillet 2014 : Nommée dans la liste des 100 acteurs économiques et sociaux « PURPOSE ECONOMY 100.

 

    2013 : Classée 36ème sur les 100 femmes françaises d’après le magazine Slate.

 

    Classée parmi les personnalités Noires les plus influentes d’Europe d’après POWERFUL MEDIA.

 

    21 janvier 2012 : Rokhaya Diallo reçoit le Prix de la lutte contre le racisme et la discrimination de l’ONG internationale Conseil pour la Justice, l’Égalité et la Paix (COJEP) (voir diaporama)